Belgique : un bel Avenir à la télévision ?

Belgique : un bel Avenir à la télévision ?

Dès début juillet, le quotidien wallon L’Avenir sera transféré sur les écrans de télévision, grâce à un décodeur intitulé « Évasion ». Simple transfert supplémentaire ou opération de numérisation extrême ? Décryptage d’une énième opportunité technologique.

lavenir capture ecran

Voici un pas de plus de franchi vers l’ère du « tout numérique ». Avec l’arrivée en Belgique du nouveau décodeur VOO annoncé pour le 1er juillet, les journaux des neuf éditions de l’Avenir seront lisibles sur les écrans de télévision. Un projet innovant qui consistera à mettre à disposition des lecteurs un système d’applications supplémentaires, entre information et services. Dans ce cadre, le quotidien régional L’Avenir a imaginé une application « axée sur le contenu ». Objectif : suivre en direct, via un sommaire, l’actualité régionale, nationale mais aussi sportive ou internationale.

Journaliste vidéaste

Autre caractéristique propre à cette innovation : la publication de nombreuses vidéos conçues par l’équipe de rédaction. Un aspect qui témoigne, une fois de plus, de la polyvalence toujours plus appuyée chez les journalistes de presse écrite, qui, passant d’un support à un autre, doivent désormais pouvoir multiplier les vecteurs d’information numériques. Le journaliste ne fait plus qu’écrire : il photographie, il filme, il tweete et met en ligne. Le journaliste devient vidéaste.

L’application télévisuelle de l’Avenir n’est donc pas seulement une retranscription similaire au site web. Elle se définit comme un nouveau moyen numérique, supplémentaire et complémentaire, d’accéder à l’information. L’ensemble du système de navigation mais aussi son design et son arborescence ont été imaginé par Dogstudio, une agence namuroise spécialisée dans le design de sites web. Les membres de l’équipe en charge du projet ont tenu à souligner l’aspect graphique de l’application, très soigné notamment avec l’option « mur vidéo » divisé selon plusieurs sections : enfant, série, divertissement etc.

Les actionnaires du journal sont quant à eux restés très silencieux sur certaines modalités pratiquées liées à ce nouvel outil, tels que le prix de l’abonnement, qui n’a pas encore été déterminé. À l’origine du mystère, une concurrence entre les opérateurs VOO et Proximus, qui fournissent les fameux décodeurs.

Avec ces nouveaux outils numériques, c’est la première fois, en Belgique, qu’un quotidien régional développe une application réellement télévisuelle. Le phénomène témoigne donc d’une réelle numérisation du papier, qui passe maintenant sur d’autres canaux jusqu’alors inexploités. Mais la télévision aurait-elle autant à prendre au papier que ne le fait déjà internet ? Reste à voir si d’autres grands médias belges suivront la tendance…

 

 

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.