Le groupe médiatique TFO surfe sur la vague du numérique / Camille Simonet

Le groupe médiatique TFO surfe sur la vague du numérique / Camille Simonet

Chaîne Youtube, plateforme éducative et conférences sur le digital : le groupe médiatique Télévision Franco-Ontarien (TFO) relève avec brio le défi du numérique ces dernières années. Le média public ontarien à but éducatif pour les jeunes se distingue maintenant du lot grâce à son identité numérique totalement maîtrisée. Mais quel a été l’élément déclencheur de cette évolution ?

« La citoyenneté numérique était au cœur des préoccupations de TFO. On souhaitait réellement innover vers des contenus de compétences globales pour que les jeunes générations naviguent mieux dans le marché de travail » s’explique Glenn O’Farrell, le président du groupe médiatique sur le sujet, lors de la conférence des Tablettistes 2018.

Tablettistes (25 sur 48)
Glenn O’Farrell lors de l’édition 2018 de la conférence des Tablettistes.

Les Tablettistes est une journée de conférences que le média public organise depuis maintenant cinq ans. Cette année, elle se déroulait au Centre des Arts d’Ottawa le mercredi 7 mars. Lors de chaque édition, le but est d’aborder des sujets d’actualité de manière éducative et vulgarisée. Pour cette édition 2018, TFO a choisi de traiter de la citoyenneté numérique, en abordant les fake news, le leadership féminin, l’intelligence artificielle, le blockchain, etc.

Tablettistes (36 sur 48)
Le blockchain était l’un des sujets principaux des Tablettistes 2018/

Ce thème est on ne peut plus adéquat pour TFO tant il est clairement ancré dans son modèle médiatique depuis quelques années. En effet, la volonté numérique du groupe médiatique canadien va bien plus loin qu’une simple journée de conférences annuelle. Il a lancé sa propre plateforme éducative présente uniquement sur le web : Idello.

S’éduquez en ligne avec Idello

Enseigner en dehors de la salle de classe : c’est le challenge qu’a relevé TFO en inaugurant en février 2016 son site didactique en ligne, Idello. Réalisé en collaboration avec le ministère de l’éducation de l’Ontario, Le projet se voulait être la référence en matière de contenus éducatifs francophones en ligne pour les « enseignants, éducateurs et parents ».

Aujourd’hui il est composé de plus de 11 000 ressources éducatives de type vidéos, jeux, sites web, applications, fiches pédagogiques ; tous certifiés ERAC (conforme aux standards canadiens). Il est possible d’avoir un accès gratuit bien que limité, mais la formule suivante, « premium famille », reste assez accessible à 3 dollars 99 par mois. En ce qui concerne les conseils scolaires francophones et anglophones de l’Ontario, l’accès leur est complètement gratuit.

Dès le début, Idello souhaitait être un « univers d’apprentissage pour tous » et abordable pour tous les porte-monnaies. « On s’adresse à tous les publics » a d’ailleurs précisé Glenn O’Farrell en interview.

Capture d_écran 2018-03-20 à 17.33.34
Idello est une plateforme très intuitive.

Une présence inédite sur Youtube

L’autre particularité qui caractérise l’identité numérique de TFO est l’ampleur de son déploiement sur Youtube. TFO Canada, TFO 24.7, BRBRTFO, cinetfo, Flip TFO… il y a, en tout, 24 chaînes pour tous les goûts et tous les types d’abonnés !

Le groupe médiatique met l’accent sur de véritables séries de contenus originaux, comme Tsé veut dire, de courtes vidéos d’une minute trente qui expliquent des expressions comme « parler sur la grosse dent » aux enfants.

Toutefois, le point fort de TFO reste l’émission 24.7 , axée « humain, humour et culture ». Avec près de trois millions de visionnements sur sa chaîne YouTube et sa page Facebook et un nombre record de plus de 60 000 abonnés sur ses médias sociaux, TFO 24.7 s’impose comme la référence pour les francophonies ontariennes.

Actuellement, TFO dessert près de deux millions d’élèves et 30 000 enseignants en Ontario et au Canada. Il a remporté deux Silver Play Buttons de YouTube et accumulé plus de 450 millions de visionnements sur Youtube.

Quant à son contenu, il a gagné plusieurs prix, d’Austin à Amsterdam : Kidscreen Awards, Prix Gémeaux, Cassies, IBC Awards, SXSW Film Design Awards, et plus encore.

Ce n’est que la concrétisation d’une idylle avec le numérique bien partie pour durer, car comme l’a confirmé Glen O’farrell :

« On est d’avis que pour continuer à être pertinent il faut innover et on ne compte pas s’arrêter en si bon chemin ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *