Médias, actualité et expatriation : le Français en Pologne

Médias, actualité et expatriation : le Français en Pologne

Dans la communauté française et francophone à Varsovie, force est de constater que le suivi de l’actualité polonaise n’est pas offert à tous. Barrière de la langue et autres raisons : l’attachement au suivi de l’actualité française est important. Plusieurs françaises témoignent.

Premier constat : chaque matin, au bureau, c’est la lecture des médias français, Le Figaro, Le Monde, qui prime. L’actualité polonaise ? Lorsqu’on ne parle que peu, voire pas, polonais, cela est tout de suite compliqué. Les informations les plus importantes sont glanées sur le site de l’ambassade de France, via la partie « actualités ». Cependant, il ne s’agit pas l’actualité chaude polonaise, mais bien souvent de faits en rapport avec l’activité de l’ambassade : des rencontres politiques, des visites officielles, etc.

Le suivi de l’actualité polonaise ne semble ainsi pas déranger plus que cela. Parmi la presse en ligne, seuls deux médias proposent un contenu en anglais « The Warsaw Voice » ainsi que « Warsaw Business Journal ». En français, on retrouve uniquement Lepetitjournal.com/Varsovie mais qui ne traite pas de l’actualité quotidienne.

Lorsqu’on interroge les expatriés français, on se rend vite compte que la langue s’apprend au fil du temps : « Lorsqu’on arrive, on apprend les communications de tous les jours, comme bonjour, merci, les chiffres ainsi que les jours de la semaine, des choses utiles au quotidien ; le reste vient ensuite avec le temps ». Souvent, le membre de la famille qui est arrivé pour des raisons professionnelles prend des cours pour pouvoir utiliser la langue au quotidien, et les enfants très majoritairement scolarisés à l’école française ont des cours obligatoires de polonais jusqu’au niveau de la 5ème, au collège.

Une vie dans un pays inconnu mais une intégration qui se fait rapidement

Ici, il est question de l’intégration dans la communauté française et francophone de Varsovie. En général : les enfants fréquentent l’école française, les parents deviennent amis avec les parents des camarades de leurs enfants, ils se voient régulièrement, échangent, sortent et continuent donc leur vie… en français. La langue natale reste pour ces personnes un signe d’appartenance important qui se garde tout au long de l’expatriation.

Pour certain, « la vie en Pologne n’est que temporaire. On est souvent là pour des raisons professionnelles ; on sait que c’est une question d’années avant que l’on rentre ou que l’on aille découvrir un autre pays ».

En finalité, le suivi de l’actualité du pays d’accueil n’est pas une priorité : « Les grands évènements sont toujours mis en avant. On en entend parler. Mais suivre l’actualité chaque jour via le biais du journal télévisé, de la radio, ce n’est pas possible, on ne comprend pas ». Apprendre le polonais assidument ? Certaines essaient ; d’autres le maîtrisent un peu plus. Mais dans l’ensemble, encore une fois, ce n’est pas une priorité.

Et à propos du suivi de l’actualité en français, cela reste un attachement affectif, « pour beaucoup, nous venons de France, parfois de Belgique, parmi nous certaines savent qu’elles rentreront un jour, nous parlons français et suivre l’actualité est donc beaucoup plus simple, de la même façon, nous regardons la télévision française ».

Un intérêt différent pour l’actualité lorsqu’on est expatrié

« On suit l’actualité française, internationale, et au niveau local, ce sont plus les sorties culturelles, les activités qui nous intéressent ». Pour les français en Pologne, ces sorties, activités sont des moyens de découvrir le pays, la ville où ils vivent. C’est donc l’annonce d’un festival, d’un nouveau chef français dans un restaurant ou encore l’organisation d’un cabaret en français qui les intéressent. L’histoire polonaise permet aussi de suivre un peu les médias : « Au fil du temps, on découvre aussi l’histoire du pays par le biais de l’actualité, par exemple lorsqu’il est question de la Fête Dieu, ou encore la commémoration du soulèvement du Ghetto de Varsovie. A ce moment-là, oui on suit les médias, mais en français ».

L’actualité polonaise pour les français vivant en Pologne n’est donc pas essentielle : « suivre les médias traditionnels polonais à la télévision ne nous apporterait pas beaucoup ; il faut déjà comprendre la langue. Et puis l’actualité française nous suffit. S’il se passe quelque chose d’important, on le découvre souvent en en parlant avec d’autres français. Le réseau et les échanges entre français sont très importants lorsqu’on est expatrié ».

Expatriation et médias locaux ne vont donc pas ensemble pour la plupart des français et francophones en Pologne. A noter qu’à Varsovie, la création d’un média en français aiderait probablement beaucoup d’expatriés à découvrir l’actualité quotidienne du pays et de leur ville d’expatriation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *